Langue et communication — une approche différente

Par Adriana Adarve – Propriétaire de Traductions Adarve et Donnamarie Leemann – Directrice de marketing chez Traductions Adarve

Lea esta bitácora en español

Read this blog in English

La langue — la grammaire, le vocabulaire, la syntaxe, et al — fournit la structure pour l’ensemble de mes leçons, que ce soit des leçons données à un couple qui a une maison de vacances en Thaïlande, un concepteur de la production de bijoux, une veuve déterminée à surmonter son chagrin, un inventeur, un élève de l’école secondaire qui panique ou un petit enfant qui s’est laissé convaincre à apprendre l’anglais. Le lien qui nous unit est la communication.
Langue et communication

Je donne des cours de conversation en anglais. La plupart de mes élèves veulent apprendre l’anglais pour des raisons de voyage, sociales ou professionnelles.

L’anglais est devenu la langue internationale de voyage. Sur les vols internationaux, les pilotes et les contrôleurs de la circulation aérienne parlent anglais, la langue anglaise étant la langue la plus couramment parlée dans le monde entier.

L’anglais de voyage est peut-être le plus facile des trois catégories dont mes élèves ont besoin, car le vocabulaire est limité et spécifique, certaines des expressions sociales étant assez simples pour leur permettre de se faire des amis avec d’autres voyageurs.

L’anglais strictement social est plus difficile, car on ne sait jamais ce quel pourrait être le sujet d’une conversation sociale décontractée ou où cette conversation pourrait elle conduire. En outre, on ne connaît pas forcément le contexte de vie de ses interlocuteurs, qui font partie, en fait, de tous les secteurs de la société et qui ont différents niveaux d’acuité intellectuelle.

Vu qu’il ya une plus grande latitude dans les situations sociales — les gens ne sont en train de dépenser ni de gagner de l’argent, et ils n’essayent pas d’accumuler du prestige professionnel — toute erreur en anglais commise dans un contexte social est plus susceptible d’être amusante que de provoquer de la consternation.

L’anglais professionnel est beaucoup plus difficile, parce que chaque profession a son propre vocabulaire, son propre jargon et des règles codifiées, en particulier des règles relatives à la parole écrite. Beaucoup d’entreprises font des affaires en anglais, une pratique qui, depuis l’avènement de l’Internet, est devenue de plus en plus fréquente.

Peu à peu, le vocabulaire et la phraséologie de l’anglais pour des affaires internationales est en voie de normalisation : « Ce qui suit est… », « Veuillez trouver ci-joint… », « Dans l’attente de votre réponse rapide », etc. On ne peut pas se tromper en commençant une lettre par « Cher M. tel et tel », mais récemment, après seulement quelques échanges, des en-têtes tels que « Salut, Jean » ou « Bonjour, équipe de [nom de l’entreprise] » sont utilisés pour commencer une lettre. De façon similaire, les lettres signées avec « Sincèrement », « Bien à vous » et « Cordialement » conservent la formalité traditionnelle dans leurs fermetures, mais des fermetures moins formelles, telles que « Tous mes vœux » et « J’espère avoir bientôt de vos/tes nouvelles », sont de plus en plus courantes.

L’anglais technique présente le plus grand défi. Bien qu’il existe des dictionnaires de traduction techniques, imprimés et sur Internet, ils sont pour la plupart obsolètes peu de temps après leur publication parce que la technologie change et progresse très rapidement de nos jours.

En outre, beaucoup de mots, d’expressions et de phrases ne peuvent pas se traduire directement ou on ne peut pas les trouver dans n’importe quel dictionnaire, malgré l’exhaustivité ou la publication récente du dictionnaire. L’un de mes élèves est un inventeur. Il autorise la production de certaines de ses créations à une entreprise à Taïwan. Les fabricants taïwanais ne parlent pas français. Ils parlent anglais — en quelque sorte. Cet étudiant traduit ses documents techniques en anglais, que je relire et aide mon élève à les présenter en bon anglais technique.

Aujourd’hui, le mot « deep » (profond) est apparu dans deux contextes différents. L’un de ces contextes a à voir avec la profondeur physique d’un paramètre qui doit être modifié. Mon élève a traduit correctement le mot français en anglais par « agrandir », ou augmenter la mesure à une plus grande profondeur verticale.  L’autre contexte concerne un changement surprenant et important dans le niveau de compréhension des résultats et de l’analyse d’une expérience donnée. D’après les définitions dans le dictionnaire, il a de nouveau utilisé « agrandir », quand une traduction plus précise aurait été que l’analyse de l’expérience mène à un changement profond dans le niveau de compréhension des matériaux et procédés utilisés.

Bien que j’utilise mes connaissances en anglais de voyage, anglais social et anglais professionnel pour aider et enseigner à mes élèves adultes, ainsi que des dictionnaires techniques et l’aide de professionnels dans les domaines techniques pour démêler quelques-unes des significations les plus complexes de certains mots, je préfère utiliser l’art et le bricolage quand j’enseigne à des jeunes enfants.
Structure grâce à la langue

En essayant de lui expliquer la différence, ce que j’ai pu trouver de mieux (même ci elle semblait insuffisante, mais qui était quand même une meilleure définition que n’importe quelle autre dans nos dictionnaires), c’est que, en général, dans un contexte technique, le mot « agrandir » est une mesure physique, tandis que « profond » a à voir avec une compréhension intellectuelle.

J’enseigne l’anglais à des élèves non-anglophones et je suis donc, intéressée par les mots et leurs traductions. Mon intérêt principal, cependant, est la communication en soi.

 Indirectement, grâce à mes élèves, je me rends dans différentes parties du monde, j’apprends sur la conception et la création des bijoux et des accessoires de mode les plus chers à Paris et à New York, bien que leurs méthodes de production sont prévues ici dans ma ville. Je fais des suggestions et des corrections aux règlements et aux bulletins de l’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité de la région. Un nouvel élève est venu me voir pour des cours d’anglais après avoir rejoint la Cour pénale internationale à La Haye. Je suis impatiente de connaître les problèmes linguistiques qu’il va me présenter.

Mais je ne voyage pas seulement et apprends des choses merveilleuses grâce à mes élèves ; je lie également d’excellentes amitiés avec beaucoup d’entre eux et j’enrichis mes connaissances sur la nature humaine et tout ce qu’elle a à nous offrir.

Des élèves de l’école secondaire qui cherchent désespérément à améliorer leurs faiblesses en anglais et, parfois, de très jeunes enfants, dont les familles vont déménager dans des pays où les gens parlent anglais font également partie de cette fontaine de la langue et de communication qui est ma vie.

Les enfants qui ne savent ni lire ni écrire ont peu ou pas d’intérêt dans l’apprentissage de langues, même si elles sont déjà bilingues grâce à leurs parents.

Bien que j’utilise mes connaissances en anglais de voyage, anglais social et anglais professionnel pour aider et enseigner à mes élèves adultes, ainsi que des dictionnaires techniques et l’aide de professionnels dans les domaines techniques pour démêler quelques-unes des significations les plus complexes de certains mots, je préfère utiliser l’art et le bricolage quand j’enseigne à des jeunes enfants. Je demande aux parents de dire à leurs enfants que je suis excentrique et que, même si parle très bien le français, je ne peux leur apprendre à colorier, à peindre et à faire du bricolage qu’en anglais.

La langue — la grammaire, le vocabulaire, la syntaxe, et al — fournit la structure pour l’ensemble de mes leçons, que ce soit des leçons données à un couple qui a une maison de vacances en Thaïlande, un concepteur de la production de bijoux, une veuve déterminée à surmonter son chagrin, un inventeur, un élève de l’école secondaire qui panique ou un petit enfant qui s’est laissé convaincre à apprendre l’anglais. Le lien qui nous unit est la communication.

Les domaines d’intérêt de mes étudiants sont très différents. Le dénominateur commun est leur désir d’améliorer leur aptitude à communiquer. Les leçons que je leur donne m’aident à améliorer ma propre aptitude à communiquer, au moins dans la mesure où je peux les aider avec leurs capacités de communication. J’ai le privilège d’être une enseignante, d’être leur professeure.

Mes meilleurs vœux,

Donnamarie Leemann, La Chaux-de-Fonds, Suisse, & Adriana Adarve, Asheville, NC

 

Adriana Adarve is the owner of Adarve Translations and is fluent in three languages (English, Spanish & French), as well as pluri-cultural, multi-cultural, plurilingual and multilingual.
Adriana Adarve
Donnamarie Leemann
Donnamarie Leemann

Au sujet des auteurs: Adriana Adarve est la propriétaire de Traductions Adarve et elle parle trois langues couramment (anglais, espagnol et français), en plus d’avoir des connaissances de base et à niveau intermédiaire de trois autres langues, allemand, italien et portugais. En plus d’être polyglotte, Adriana Adarve est également pluriculturelle et multiculturelle. Adriana a édité et contribute à cet article. Donnamarie Leemann est une artiste et une écrivaine ayant contribué pendant plusieurs années à la BBC de Londres, ainsi comme à beaucoup d’autres forums de publication ; elle collabore en ce moment en tant que directrice de marketing chez Traductions Adarve. Donnamarie est l’auteur principal de cet article ; elle est également une excellente professeure d’anglais.

Posted in: FrançaisTagged: , , , , ,

Published by Adriana Adarve

I’m Adriana Adarve, a multilingual, plurilingual, multicultural and pluricultural English to Spanish freelance translator. My primary interests—besides my passion for languages—are in science, chemistry, and medicine. That is the reason why I concentrate on medical, scientific and technical translations. I am also passionate about cultural diversity, which means that my translations always take into account my clients’ culture, as well as that of the audience for which the translations are intended.

2 Comments

Leave a Reply